Faire vivre la solidarité
par des actions concrètes

13 juin 2022

RAPPORT D'ACTIVITÉ 2021

2021 : Poursuivre nos missions avec le Covid

Passée cette folle année 2020 avec l’arrivée de la pandémie de la COVID 19, 2021 est l’année d’assimilation, d’acceptation de notre nouveau quotidien en cohabitation avec le virus.
Nous avons appris à gérer les phases de confinement, tout en nous félicitant de la remarquable présence sociale des professionnels sur le terrain, dans les établissements et services, rendue de fait nécessaire durant ces périodes.
Nous nous sommes habitués à vivre au rythme des déclarations du Premier ministre et/ou du ministre de la Santé, suivant la gravité de la situation. Les directions des établissements et services, avec les représentants des personnels au sein des Comités Sociaux Economiques, ont vogué de mise à jour des plans de continuité d’activité en nouvelles mises à jour… L’ensemble des professionnels ont encore eu de multiples occasions d’illustrer leur engagement auprès des populations les plus fragiles et de démontrer leurs capacités d’adaptation. Durant toute cette période, où le respect des distances sociales a encore profondément impacté nos manières de travailler, l’encadrement de la Fondation a œuvré pour maintenir la cohérence, 
donner du sens, soutenir les professionnels, garder le cap des projets de service et d’établissement. Vous en trouverez divers témoignages dans le présent rapport d’activité.
Cette apparente normalisation est cependant illusoire. Le « pass sanitaire », bien que non obligatoire au titre de l’exercice professionnel dans notre secteur d’activité, a notamment, comme dans la société tout entière, été l’occasion de clivages, de tensions, d’incompréhensions.
Toute cette frustration accumulée, fruit de la multitude des empêchements auxquels les professionnels ont dû faire face afin de continuer d’exercer leur métier dans l’intérêt des publics, a exacerbé le sentiment latent d’appartenir eux aussi à une catégorie d’invisibles, en cruel manque de reconnaissance. Ils ont démontré leur constance au service des enfants, des adolescents, des familles afin de maintenir « quoi qu’il en coûte » une continuité de service et ont ressenti, après les justes revalorisations des soignants, une injustice fondamentale à ne pas être considérés, ne serait-ce que cités, dans les catégories des salariés dits de la « seconde ligne » tels que l’ont été un certain nombre d’autres métiers de service (restauration, 
grande distribution…). 
Alors que la Fondation, acteur du secteur conventionné et non lucratif, ne possédait que fort peu de marge de manœuvre en termes de reconnaissance et revalorisation salariales, les professionnels se sont mobilisés pour faire entendre leurs voix. De manière concomitante, l’ensemble du secteur s’est progressivement regroupé afin de faire entendre l’indispensable nécessité d’une revalorisation salariale des métiers du médico-social et du social, si l’on souhaitait pouvoir continuer à recruter des professionnels qualifiés, maintenir les services rendus, et poursuivre les efforts en matière d’amélioration continue de la qualité des accompagnements, au sein des structures. Ainsi, dès l’été, le Conseil d’Administration portait un certain nombre de demandes auprès des financeurs. La fin de l’année a été marquée par la mise en œuvre d’un processus de réflexion nationale sur ces sujets qui, nous l’espérons, portera ses fruits au cours de l’exercice 2022. 

Au-delà de ce contexte bien spécifique, différents évènements ont impacté la vie des établissements et services. Je retiendrai les plus marquants, je vous laisse découvrir dans la suite de ce document ce qui caractérise l’année 2021. Le plus préoccupant a été pour nous le lancement d’un contrôle de dysfonctionnement au sein de la Maison de la Juine. L’établissement, maison d’enfants à caractère social, connaissait un certain nombre de difficultés dont le Conseil d’Administration et la direction générale s’étaient saisis depuis plusieurs mois. Au travers de cette démarche, les deux financeurs – Département de l’Essonne et Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse – ont apporté des éléments de diagnostic partagés et construit un plan d’actions, visant à redresser la situation de l’établissement. Un travail considérable a été mené par tous les professionnels de l’établissement, accompagnés et soutenus par la direction générale, afin de relever ce défi, à savoir répondre dans des délais très serrés à des exigences provenant des financeurs, que nous jugions de surcroît légitimes. Collégialement, nous avons su faire face à cette situation, œuvrant à l’élaboration d’un nouveau projet d’établissement, profondément rénové.

De manière plus positive, nous avons également mené à son terme le processus de fusion avec l’AJAM, en portant un soin tout particulier à l’intégration des nouveaux personnels. Ils ont été reçus collectivement, afin de leur présenter la Fondation, puis de façon individuelle, afin de donner à chacun un temps d’expression et de leur présenter leur nouveau cadre de travail. Nous sommes heureux de les accueillir.Le développement du service AEMO du SE 91 s’est opérationnalisé progressivement sur le premier semestre 2021, suite à la demande du Département de l’Essonne de doubler le nombre de mesures, confiées au service. La direction de l’établissement est parvenue rapidement à recruter et à constituer l’équipe qui a cependant connu quelques mouvements sur la fin de l’année. De nouveaux locaux rénovés ont accueillis les professionnels, dans des conditions agréables et adaptées. Au cours de l’année 2021, les services de prévention de Seine-Saint-Denis ont également été sollicités pour se mobiliser sur le dispositif déployé par le gouvernement, intitulé « bataillons de la prévention », visant 45 quartiers particulièrement difficiles. Parce que c’était l’occasion de mettre en valeur la pertinence de l’action de la prévention spécialisée, le Conseil d’Administration a répondu favorablement permettant ainsi de mettre en œuvre deux nouvelles équipes au sein des communes de Saint-Ouen et de La Courneuve. Enfin, vous constaterez probablement une rupture dans le format habituel de notre rapport d’activité. Le Conseil d’Administration s’est effectivement engagé, en cette fin d’année 2021, dans un processus de refonte du format de ce document. Les établissements produisent, en réponse aux demandes de chacun 
de leurs financeurs, leurs propres rapports d’activité. Cette année, nous avons choisi de réaliser, par structure, une synthèse des données statistiques, enrichie des faits marquants de l’année, complétée par un ensemble d’éléments relatifs à la vie institutionnelle de la Fondation. Je vous invite à retrouver sur le site (https://www.jeunessefeuvert.com/) toutes nos actualités et les rapports d’activité complets des établissements et services. 
Dans cette période propice aux fractures, il nous a par ailleurs semblé important de pouvoir travailler sur ce qui nous unit et nous rassemble, au sein de la Fondation. C’est pourquoi le Conseil d’Administration a initié une démarche d’élaboration d’un projet associatif, document qui sera présenté à l’occasion de notre 65ème anniversaire, en novembre 2022.

 

Jean-Marc STEINDECKER 
Président

 

Téléchargement : RAPPORT D'ACTIVITÉ 2021

Nous sommes à votre écoute

Vous pouvez nous trouver et nous contacter à tout moment pour une demande de renseignement et pout tout questionnement.